<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

6 vidéos TED à regarder sans modération pour vous inspirer et embellir votre été !

Oui, la rédaction PORT-UP aime particulièrement les TED.

Véritables sources d’inspiration, ils sont pour nous tantôt un coup de fouet, tantôt un bol d’air, tantôt une prise de conscience soudaine, ou finalement une sacrée paire de claques !

C’est parce qu’ils nous sont chers chez PORT-UP que nous les recommandons également à nos collaborateurs freelances et à l’ensemble de la communauté des consultants portés.

C’est un peu comme un cahier de vacances inspirationel à suivre à la lettre.

Voici la liste des 6 meilleurs TED à avoir vu au moins une fois dans sa vie. Et à partager au plus grand nombre.

Capture d’écran 2020-07-07 à 175357


Selon Shawn Achor, l’individu est heureux s’il décide de l’être. Le bonheur ne vient donc pas de la réussite. Il vient principalement de sa volonté à l’être. 

Et c’est à l’inverse le bonheur qui conditionne la réussite.

Car l’humain est ainsi fait : une fois un objectif atteint, plus important encore sera l’atteinte d’un deuxième, puis d’un troisième, etc.

Les désirs et atteintes constituent à eux seuls une spirale éternelle, qui se renouvelle sans cesse, une fois le précédent atteint.

Les recherches montrent que 90% du bonheur ne provient pas d’éléments extérieurs mais de la façon dont le cerveau le perçoit. 

Et encore plus intéressant : la productivité est décuplée lorsque le cerveau sécrète de la dopamine (l’hormone du bonheur).

Conclusion : Pour réussir : soyez heureux, favorisez la pleine conscience et n’attendez pas de réussir pour l’être. Tout n’est qu’un état d’esprit qui s'acquiert par la volonté de l’être.



Dans son Ted, Robert Waldinger relate les résultats d’une très longue étude réalisée par des chercheurs d’Harvard sur le bonheur. Pendant 75 ans, des sujets américains (724, au total- de milieux et classes opposés ont été interrogés régulièrement sur leurs états d’âme à la maison, au travail, etc. 

Les résultats mettent en exergue que le bonheur émane avant tout du lien social entretenu avec ses proches. Et non pas grâce à la richesse ou célébrité, comme on pourrait l’imaginer.

Qui plus est, la solitude est toxique et entraîne une dégradation de son état de santé physique et mental.

Finalement, ce n’est pas la quantité de relations nouée avec des individus qui compte (car ce n’est pas proportionnel au bonheur éprouvé); mais la qualité de celles-ci.

Pour bien vieillir et vivre heureux, entourons-nous bien !



Accepter d’être imparfait aux yeux des autres, c’est aussi accepter d'être soi-même et se pardonner. C’est oser penser mériter de l’amour et affection.

En inculquant et adoptant ces croyances, en pensant mériter de la joie et de l’amour, on est ouvert à recevoir du bonheur (et par mimétisme à en donner aux autres).

Finalement, c’est l’image qu’une personne a de soi-même qui va être déterminante dans sa disposition à recevoir ce qu’elle émet. La loi de l’attraction fait ici parfaitement sens.

Si elle pense mériter de l’amour, elle sera plus conciliante envers elle-même et plus résiliente face aux épreuves qu’elle traverse car elle sait que c’est un état passager.

Accepter son imperfection et être soi-même, c’est écouter ses émotions sans les anesthésier. Car, il est tout simplement impossible d’anesthésier les émotions négatives sans supprimer les émotions positives par la même occasion. 



Simon Sinek partage ici sa vision des entreprises qui prospèrent et des leaders qui inspirent. Tous partagent un point commun : ils pensent, connaissent et agissent de manière identique autour de l’ADN de leur entreprise et ses valeurs intrinsèques.

Ainsi, il met en avant 3 cercles qui constituent trois perspectives distinctes du schéma de développement d’une société : 

  • le quoi (le produit) 

  • le comment (la façon dont ce dernier est fabriqué)

  • le pourquoi (la pièce maîtresse de son cercle d’or, c’est-à-dire ses valeurs fondamentales)

Les entreprises qui connaissent et communiquent autour de leur pourquoi, c’est-à-dire leur raison d’être sortiront du lot. Elles ne seront ainsi plus seulement vues comme un moyen d’offrir un produit ou service auprès d’une cible mais comme un état d’esprit à part entière. 

Résultats ?

En communiquant sur ces valeurs, on développe une image singulière, provoquant ainsi l’adhésion des foules et la mise en lumière du dirigeant (alors perçu comme un leader charismatique).



Ce TED, un des plus regardés au monde, remonte jusqu’au système pédagogique pour comprendre les incompréhensions du monde professionnel, qui subit actuellement une véritable révolution.

Il met en relief une idée profonde : les enfants sont par nature créatifs et l’école, par son cadre très normé les empêche d’évoluer avec leur capacité de raisonnement.

Cela sous-entend donc que l’intelligence est elle-même normée par des codes sociaux et idées reçues, souvent fausses.

Si l’art et la musique sont écartés des matières plus généralistes, dites de choix pour trouver un travail, elles sont pourtant le fruit ingénieux des entreprises qui innovent ou qui ont des “idées originales qui ont de la valeur” révèle l’auteur Ken Robinson. 

Ces idées proviennent de la jonction entre plusieurs intelligences. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas renier la créativité mais travailler avec elle.

On comprend ainsi que beaucoup de gens créatifs sont souvent brillants, mais ne le savent pas. Car le système académique n’a pas valorisé à sa juste manière les matières où ils étaient bons.

C’est donc l’intégralité du système acadmique qu’il faut ici repenser.

 

Combien de fois avez-vous entendu depuis votre plus tendre enfance “que veux-tu faire comme métier quand tu seras grand” ?

Et à cette question combien de fois avez-vous répondu “je ne sais pas” ? 

Selon Emilie Wapnick, de nombreuses personnes n’ont pas une vocation mais plusieurs vocations. Dans un monde forgé par une idéologie sociale forte, on nous conduit à être expert d’un sujet. Seulement, il existe une catégorie de personnes, les multipotentiels, qui a besoin de s’alimenter de nouveaux domaines en permanence. 

Cette catégorie souvent recluse de la société professionnelle car considérées comme trop généralistes a pourtant tout autant à apporter à une entreprise par sa vision globale nécessaire pour la bonne compréhension d’un projet. 

Les experts et généralistes cohabitent bien ensemble. Et sont ainsi parfaitement complémentaires.

Un multi potentiel est plus créatif et agile et trouvera son bonheur dans la diversité des actions réalisées.