<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Freelance : quels sont mes droits à la formation ?

Freelance droit à la formation

Comme beaucoup d’autres avantages (congés payés, droits au chômage, protection sociale…), on a tendance à penser que le droit à la formation est l’apanage des salariés. Faux ! Depuis 2018, les freelances comme les salariés peuvent bénéficier d’un Compte Personnel de Formation : le fameux CPF ! Quels sont mes droits à la formation et comment les exercer en freelance ? On vous explique.

Droit à la formation : qu'en est-il des freelances ?

Et si les freelances aussi avaient le droit de se former ? Quels sont vos droits à la formation en tant que freelance ? Est-ce que les freelances ont le droit au CPF ? Et à combien s’élève le montant de ces droits ? C’est parti !

Est-ce que les freelances ont droit au CPF ?

Bonne nouvelle, depuis le 4 août 1789, la France ne compte plus de privilèges. Cependant, il aura fallu un peu plus de temps aux freelances pour obtenir un des droits essentiels longtemps réservé aux salariés : le droit à la formation. Depuis 2018, c’est chose faite : les freelances sont éligibles au Compte Personnel de Formation (CPF). Un droit particulièrement utile aux indépendants qui, parfois autodidactes, ont besoin de se former sans cesse pour rester dans la course. Mais un droit souvent ignoré ou oublié par les principaux intéressés. Et pourtant, chaque mois vous payez vos charges dont un faible pourcentage est affecté à votre droit à la formation… Alors, à combien s’élèvent vos droits à la formation ? On fait le calcul.

 

Quel est le montant de vos droits à la formation ?

Souvent, les freelances pensent à tort que « parce que je ne gagne pas beaucoup, je ne bénéficie pas de droits à la formation. » C’est pourtant un raisonnement erroné. Non, le montant de vos droits n’a rien à voir avec votre chiffre d’affaires.

En réalité, il est calculé à partir d’autres critères. Il dépend notamment :

  • De votre Code NAF (Nomenclature d’Activité Française), c’est à dire le secteur dans lequel vous exercez votre activité professionnelle ;
  • De la durée de la formation à laquelle vous pouvez prétendre ;
  • Du caractère diplômant ou non de cette formation… etc.

Ainsi, selon votre statut professionnel et l’activité que vous exercez, vous n’obtiendrez pas les mêmes plafonds annuels de droits à la formation. D’une manière générale, si vous êtes à jour de vos contributions, l’État alimente votre CPF à hauteur de 500€ maximum par an dans la limite d’un plafond total de 5000€.

Pour en savoir plus sur votre situation personnelle et estimer avec précision le montant de vos droits à la formation, rendez-vous directement sur le site internet du CPF. En quelques clics, vous serez fixé !

 

Comment exercer son droit à la formation en freelance ?

Bien, maintenant que vous avez une meilleure idée des droits à la formation dont vous bénéficiez, il est temps de les exercer. Comment choisir sa formation et comment obtenir son financement ? Voici la marche à suivre…

Freelance : choisir sa formation

Yoga, peinture, danse, comptabilité, finance, maîtrise des réseaux sociaux… À quelle formation puis-je prétendre ? Attention, vous ne pouvez bénéficier d’une formation que si celle-ci est en rapport avec votre secteur d’activité : le fameux code NAF (ou APE). N’allez donc pas tenter d’obtenir une formation en dessin si vous êtes comptable, vous seriez mal reçu. Le plus simple est de vous connecter à votre Compte personnel de formation et de rentrer dans l’outil de recherche la formation qui vous intéresse. Cet outil vous permettra de savoir si vous pouvez y prétendre et si le coût de cette formation ne dépasse pas vos droits. Si tel est le cas, le reste à payer sera à votre charge.

Freelances : pensez à soumettre votre dossier au FAF

Vous avez peut-être un petit pécule accumulé dont vous ignorez l’existence ! Eh oui, en tant que freelance, vous pouvez également bénéficier des Fonds d’Assurance Formation (FAF). En plus du CPF, vous cotisez auprès d’un fonds. Selon votre secteur d’activité, il faudra vous adresser à un FAF spécifique. Ainsi, si vous êtes profession libérale ou prestataire de services vous contacterez le Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux (FIFPL), pour les commerçants vous devrez voir avec l’AGEFICE quant aux artisans, vous relevez de la Chambres de Métiers Régionales et du FAFCEA.

Une fois que vous savez de quel FAF vous dépendez, il ne vous reste plus qu’à les contacter afin de transmettre votre demande de financement. Comme pour toutes les démarches administratives, vous aurez de la paperasse à fournir. Pensez à anticiper votre demande, les délais de traitements peuvent être longs. Pour éviter les mauvaises surprises, nous vous conseillons de compter au minimum 3 mois avant le début de votre formation pour obtenir votre accord de financement.

 

Comment fonctionne le CPF pour les freelances ?

Ça y est, vous connaissez vos droits à la formation sur le bout des doigts ? Reste un dernier détail. Si le montant de vos droits à la formation ne vous permet pas de financer LA formation qui vous fait rêver, vous pouvez encore patienter l’année d’après. Votre compte personnel de formation est crédité de 24 heures de formation chaque année (dont le tarif peut varier en fonction de votre secteur d’activité). Ces heures ne sont jamais perdues ! Elles sont acquises définitivement et utilisables tout au long de votre vie professionnelle… Incroyable non ?

 

Conclusion

Finalement, les freelances ne sont pas en reste du côté des droits à la formation. Ils se révèlent parfois inférieurs à nos attentes, mais ces droits sont là et vous auriez tort de ne pas en profiter ! Un bon conseil donc, rendez-vous rapidement sur votre compte personnel de formation et estimez vos droits… Vous pourriez être agréablement surpris !

 

 

Gabrielle de Loynes

A propos de Gabrielle de Loynes

Rédactrice Print - Web et Photographe Freelance, je rédige des articles et des reportages pour la presse et les entreprise. Mes sujets de prédilection sont les nouveaux modes de travail, l'écologie, le lifestyle et la spiritualité