<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Les métiers de l’IT les plus recherchés en 2019

Zoom sur les métiers les plus recherchés dans le digital en 2019

35 000, c'est le nombre d'embauches annuelles dans le secteur du digital en France. Ce chiffre place le numérique sur le podium des recrutements en Hexagone. 

Une étude de Dell et l'institut pour le futur affirme que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. Ces chiffres effarants sont le constat de l’essor d’internet dans le quotidien de la population mondiale. 

Ces usages, qui se densifient et bouleversent les modes de consommation traditionnels, sont pour les entreprises du numérique (et pas que !) le fruit de nouvelles opportunités de marché.

Oui, le web représente un secteur dont les besoins évoluent très vite. Et si la demande croît, la maîtrise d’un savoir-faire également ! Ainsi, la nécessité de se former est plus que jamais d’actualité.

On comprend bien en quoi les profils IT représentent les catégories métiers les plus recherchées dans une entreprise du numérique.

 

Le point sur les métiers (et leur drôles d’acronymes) les plus prisés en 2019 en tant que salarié et consultant indépendant.  

top 10 des métiers de la tech en 2019

Certains métiers, en vogue il y a quelques années sont aujourd’hui obsolètes ou en phase de déclin. Alors que d'autres voient de nouveaux acronymes se créer, redéfinissant leur poste en fonction de leur évolution.

Le responsable marketing digital laisse place au CDO (chief digital officer) ou encore au CPO (chief product officer) et le growth hacker fait la part belle aux profils plus généralistes.

Alors, comment se retrouver dans la jungle de la tech et choisir la meilleure compétence ?

Port-up vous a dressé la liste des jobs en vogue, ceux pour qui les recruteurs seraient prêts à payer chers pour les avoir à leur côté (en tant que salariés et indépendants d’ailleurs).
Et si vous voulez accéder au dictionnaire des acronymes du web, rendez-vous ici : le dictionnaire de survie des métiers du digital

 

  • Le traffic manager

Le rôle du trafic manager est de développer l'audience d'un site internet. De cette manière, il maîtrise l’ensemble des leviers d’acquisition de trafic naturel (SEO : search engine optimization) et payant (SEA : Search Engine Acquisition et SMO : Social Media Optimization). 

Salaire : 30-40K€ brut annuel

 

  • Le CDS (chief data scientist ou chief data officer)

Son rôle à lui est de traiter les informations reçues, les analyser et les mettre au service de la direction d’une entreprise.

Ce métier relève des enjeux à la fois fonctionnels et stratégiques.

Salaire : 170K€-300K€ brut annuel

 

  • Le Designer UX UI

L’ergonomie des sites et appli mobiles est devenue centrale dans l’expérience utilisateurs. Pour améliorer leur usage et faire rester et revenir les utilisateurs sur une interface, les UX doivent étudier les comportements des internautes, tester, comparer et améliorer le design d'interface.

Salaire : 30-40K€ brut annuel

 

  •  Le CDO (chief digital officer) 

Le CDO ou plus communément appelé Directeur de la transformation digitale pilote de nombreux projets stratégiques au sein d'une organisation pour l'accompagner dans sa transformation numérique. C'est un poste à fort potentiel qui relève de la gestion de l'ensemble des opérations d'une entreprise. Raison pour laquelle, il a tout pour être le prochain dirigeant de l'entreprise pour laquelle il travaille.

Salaire 

Junior : 80K€ brut annuel

Senior : 120K€ - 300K€/an (pour les salariés des grands groupes)


  • Le DPO (Data Protection Officer)

L'essor d'internet entraîne des dérives liées à l'exploitation des données des utilisateurs ou clients d'une entreprise. Le rôle du Data Protection Officer est ainsi de veiller à protéger convenablement les données à caractère personnel des individus, conformément à la législation en vigueur.

Salaire : 30-48K€ brut annuel

 

  • Le Growth Hacker

Venu tout droit des Etats-Unis, le growth hacking a vu sa popularité monter chez les startups qui souhaitaient accélérer leur croissance grâce à un marketing disruptif et efficace. Ces techniques ont permis à de nombreuses entreprises du numérique de voir le chiffre d'affaires bondir très vite. 

Le growth Hacking ne constitue donc pas en soi une technique mais relève d'une nouvelle vision de la croissance : obtenir un maximum de résultats avec peu de moyens.

Salaire : 36K€ (profils juniors) - 66K€ (profils seniors)

 

  • L’ingénieur en Intelligence Artificielle

L'ingénieur en intelligence artificielle a un background de chercheur et d'informaticien. Son objectif est de développer des programmes informatiques capables de remplacer des tâches réalisées par l'Homme.

Son rôle va être de décoder les besoins et actions des êtres humains pour venir les suppléer et robotiser grâce aux programmes informatiques qu'il aura conçu.

Salaire : 30-50K€ brut annuel

 

Tous ces postes illustrent bien les compétences recherchées par les entreprises en 2019 (en tant que salarié et indépendant). En freelance, oui, les opportunités sont grandissantes !