<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

L'importance de jouer collectif lorsque l'on est freelance

Par définition, être freelance signifie travailler à son compte et seul.e. Sans subordination, ni patron. 

Le freelance est en ce sens le seul maître de ses journées, décisions et missions.

Mais être son unique décisionnaire signifie t-il forcément être son seul interlocuteur en plus de ses clients ?

En 2020, non, plus forcément !

entraide-freelance-collectifs-indépendants

De l’isolement du freelance à la création de multiples collectifs dédiés à son statut particulier 

 

Longtemps isolés et très en marge de la société, les freelances n’avaient auparavant pas d’autres alternatives que celles de compter sur eux-mêmes. Et s’ils avaient des questions, ils s’en remettaient à Google essentiellement. 

Mais avec l’évolution du monde du travail, les générations Y et Z qui considèrent ce dernier non plus comme une fin en soi mais une véritable quête de sens, et l’effet Post-Covid, le nombre de freelances est en constante augmentation. Et, au vu de la conjoncture sociale et économique, ce n’est pas prêt de s'arrêter !

Un vrai effet de masse qui entraîne l’apparition de nouvelles solutions pour palier à la solitude et l’isolement, un des problèmes majeurs exprimés par les indépendants. 

 

Qui plus est, les retours d’expériences des freelances qui mutualisent leur compétences ou qui échangent entre pairs sont excellents !

En effet, un freelance doit considéré ses concurrents comme des alliés et non pas des ennemis. 

Car, le carnet de commandes d’un indépendant déborde vite et celui qui se voit proposer trop de missions en même temps peut rediriger les demandes urgentes vers un confrère de confiance. 

Présentez-vous donc à vos concurrents ! Et construisez un premier échange puis une relation privilégiée avec eux.

Oui, la jouer collectif en freelance, c'est créer son propre réseau, s’épauler, se compléter, mutualiser son savoir-(faire) et avancer sereinement et en équipe. Un vrai bénéfice pour votre activité et la pérennisation de votre chiffre d’affaires. 

 

Les collectifs pour freelances : Kesako ?

 

Les collectifs, ce sont avant tout des lieux d’échanges entre individus qui partagent des intérêts communs. 

En réalité, rejoindre un collectif freelances, convient parfaitement à tous ceux qui ont atteint la limite de leur potentiel individuel (en temps, énergie et compétences) et qui souhaitent, en s’y engageant, favoriser l’émergence d’une intelligence collective pour performer et être toujours à la pointe du marché.

Les freelances doivent, pour rejoindre ses groupes, prendre part à la vie de celui-ci et être véritablement actifs pour le co-construire et le faire évoluer quotidiennement. Si ce n'est pas la règle, c'est une valeur fondamentale à l'adhésion de celui-ci.

 

Dans cet article, nous les classerons en fonction de trois grands types.

  • Les collectifs métiers et sectoriels
  • Les collectifs coworkings
  • Les communautés Freelances (collectifs statutaires)

collectifs-freelances-independants-liste

 

Les collectifs métiers et sectoriels :

Ce sont des groupes de freelances qui se rassemblent autour d’un même métier ou secteur d’activité.

Ces freelances s’unissent au sein de pôles de compétences, qui leur permettent de répondre ensemble à une proposition de mission ou un appel d’offre.

C’est une alliance de savoir-faire et un véritable terreau de partages de connaissances métiers. 

Ces collectifs sectoriels, il en existe pour toutes les grandes familles de domaines d'activité.

Et au-delà de tabler sur l'échange de compétences professionnelles, ils participent à la prise de conscience des conditions de leur statut spécifique.

 

En voici un échantillon : 

 

Les collectifs coworkings :

Au niveau local, les coworkings sont de vrais catalyseurs d'indépendants ou porteurs de projets. Ils rassemblent ainsi de nombreuses professions, et, suivant les villes ou régions, sont très dynamiques.

Tous les coworkings rassemblent leur propre communauté. Certains, sont tout de même plus actifs que d'autres.

On recense deux types d'espaces :

  • les coworkings associatifs, comme l'Atelier des Médias à Lyon, 100% auto-géré par ses adhérents et co-fondé par un collectif de journalistes indépendants
  • les coworkings business (eux-mêmes séparables en trois sous-catégories : les cafés-coworkings où les relations sont plus superflues qu'ailleurs, les coworkings sans lieux de vie en dehors des heures de bureau, et les coworkings conviviaux, qui misent sur la communauté de ses membres).
  • La convivialité ? Un pari réussi par "La Cordée", qui possède des valeurs fortes et une véritable culture auprès de ses membres. D'ailleurs, le partage d'idées, compétences et opinions font partis de l'entreprise et au cœur même de sa culture. D'ailleurs, il n'y a qu'à observer sa gouvernance : c'est une entreprise 100% libérée, rien que ça ;-)

 

 

Les communautés freelances :

De nombreuses plateformes, mais aussi écoles pour freelances ou assurances dédiées crée des communautés pour leurs clients ou partenaires freelances. 

De ces communautés naissent des rendez-vous physiques réguliers conviviaux et solidaires, où chaque freelance apprécie retrouver ses pairs, autour d'un intérêt commun.

Nous aussi, avons la nôtre chez PORT-UP : celle de "Je me FREE-lance" sur meetup.com. Régulièrement, nous organisons à Paris, des conférences et ateliers avec des invités d'exception pour vous épauler dans votre vie d'indépendant ! 

Capture d’écran 2020-10-19 à 17.33.02

Finalement, utilisateurs d'une plateforme, alumni, ou client d'un logiciel ou services, les communautés bienveillantes et solidaires existent. En 2020, non, vous ne serez plus jamais seuls.

Epaulez-vous ! Pour votre bien et pérennité.