<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Pour sortir de la crise, il faut se réinventer et créer

Point positif de la crise financière : le nombre de créations d’entreprises augmente

 

Pourquoi les individus créent-ils plus d'entreprises en temps de crise ?

En quoi la révolution numérique répond-elle à la crise existentielle des travailleurs, qui veulent (re)prendre contrôle de leur vie professionnelle ?

Une crise économique est le symbole d’un point de non-retour.

Il est donc capital de se réinventer et ne pas seulement réparer l’existant.

Selon le philosophe-humaniste Michel Serres, l’humanité recense plusieurs révolutions au cours de ces derniers siècles.

révolution-entrepreneur-futur-travail-portage-salarial
  • La première est sans doute l’effondrement du nombre d’agriculteurs, et la disparition des cols bleus (ouvriers) au profit des cols blancs (employés de bureau).
  • La deuxième est la mobilité des personnes et des choses. Le voyage des hommes et le transport des marchandises, autrefois compliqué s’est démocratisé ces dernières années. Aujourd’hui, les compagnies aériennes ont transporté au total plus d’un tiers de l’humanité.
  • La troisième : le progrès de la santé et l’arrivée des antibiotiques et anti-douleurs dans les années 60 ont un rôle direct sur l’augmentation de l’espérance de vie, qui a triplé depuis le XIXe siècle.
  • Enfin, quatrième et dernière révolution : il s’agit de la révolution virtuelle, celle que nous vivons actuellement. Les nouvelles technologies transforment de manière décisives nos habitudes de consommation et impactent aussi notre manière de communiquer, se déplacer et s’instruire.

Si avant on renseignait son adresse postale comme moyen de communication, aujourd’hui, on communique son adresse email, qui n’est liée à aucune latitude ou longitude sur le globe (contrairement à la première). Le rapport à l'espace est ainsi profondément bouleversé.

Si la révolution actuelle est l'une des plus importantes que l'humanité n'est jamais vécue, c'est qu'elle renforce la mobilité et abolie les barrières géographiques et matérielles.

Désormais, il est possible de rentrer en contact avec n’importe qui grâce aux emails, à n’importe quel endroit (grâce aux transports et GPS) et qui plus est, avec beaucoup de facilité !

Mais ce rapport à la mobilité, impacte aussi le rapport au temps et le rapport au travail.

Alors que le numérique permet de se réinventer sans cesse et travailler sans contrainte de lieu, travailler au même endroit toute sa vie paraît illusoire. Cette révolution virtuelle en entraîne ainsi une nouvelle qui n'est autre que la révolution du travail.

 

La révolution numérique a une conséquence sur le monde du travail

 

Les créateurs de sociétés et entrepreneurs individuels deviennent acteurs du changement, un changement bénéfique pour retrouver une conjoncture économique positive

entreprendre-sortir-zone-confort-freelance-futur-travail

Depuis la crise financière de 2007, le monde du travail est soumis à un profond changement.

Le salariat, symbole de sécurité dans les années 60, perd de sa superbe !

Et ce sont tous les secteurs professionnels qui sont touchés par la diminution du nombre d’emploi.

Désormais, plus personne n’est épargné par le chômage (ni même le secteur de la santé, pourtant considéré comme un domaine sûr).

C’est en ces temps difficiles que les individus sortent de leur zone de confort et créent plus facilement leur entreprise.

 

En pleine crise des subprimes, des millions d’Américains choisissent de se lancer dans l’entrepreneuriat.


La raison ? Rompre avec le modèle pré-établi pour changer l'ordre des choses, et retrouver du sens.

C'est dans l'action, qu'il est possible de bâtir des solutions alternatives tout en refusant de les subir.

A l’heure des récessions, un grand nombre de personnes cherchent donc des moyens pour générer des revenus.

Et c'est quand la conjoncture est difficile, que les individus se rendent compte qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

Pourtant, pendant l'ère agraire, avant la révolution industrielle et la création du salariat, les individus étaient pour la majorité entrepreneurs agricoles et artisans (fermiers, bouchers ou encore boulangers). Ils travaillaient pour subvenir à leurs besoins.

En contrepartie, ils devaient verser une taxe au roi pour avoir l’autorisation de travailler sur ses terres.

Ce n'est qu'au XXe siècle, que le statut d’employé est crée. Il est alors vu alors comme une véritable révolution sociale, permettant de mieux gagner sa vie. Il était donc socialement plus considéré !

Seulement aujourd'hui, cette sécurité n'existe plus. Et pour mieux gagner sa vie, il faut dorénavant compter sur soi, son apprentissage et son expertise !

 

Ne serait-ce finalement pas le meilleur moyen de se réaliser ? A tout point de vue ?

Demain, serons-nous tous entrepreneurs de nos vies ?

Ou entrepreneurs-salariés Port-Up pour allier sécurité et entrepreneuriat ? :)

 

Qu'en pensez-vous ?

A vos commentaires !