<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Se lancer comme solopreneur : statut juridique, avantages et contraintes au démarrage d’une activité de freelance

Futur freelance, vous êtes à la recherche du meilleur statut pour débuter votre nouvelle carrière ?

Nous vous décortiquons le statut du portage salarial et celui de la microentreprise, leurs avantages et inconvénients, pour que vous puissiez déterminer le meilleur choix à faire, en fonction de votre situation.


Le portage salarial : le statut qui combine indépendance et sécurité

portage-salarial-micro-entreprise-coût-statut-freelance

 

 

 

 

La vie d’un consultant freelance est un parcours semé d’embûches, surtout à son démarrage.

Les choses à gérer sont nombreuses et chronophage. Certaines tâches routinières et sans création de valeurs directe pour son activité sont énergivores et pourraient être évitées.

C’est la raison d’être du portage salarial. En déléguant l’accompagnement administratif, on évite les erreurs, la perte de temps inutile pour ne se concentrer que sur ce qui compte : le développement de son business, la formation et la signature de nouvelles missions.

En agissant comme tierce partie, la société de portage salarial s’occupe de l’intégralité du processus administratif, de la signature du contrat (c’est par contre au freelance de négocier son TJM) jusqu’au versement du salaire adressé au consultant en fin de mois. 

Certains freelances ne fonctionneront ainsi qu’avec un seul client en full time (c’est le cas d’un grand nombre de développeurs informatiques, consultants IT, product owners) ou bien avec plusieurs clients.

Outre le gain de temps dont bénéficie les freelances salariés portés, faire le choix du portage salarial leur permet de cotiser aux organismes sociaux, au droit à la formation et bénéficier du chômage en cas d’inactivité.

Une formule idéale et préconçue aux assurances chômage supplémentaires auxquelles pourraient adhérer les auto-entrepreneurs.

Il leur permet également d’accéder à une retraite plus décente que les micro-entrepreneurs (ces derniers étant par défaut affiliés à la CIPAVE).

 

En résumé, c’est un statut idéal pour :

- les consultants qui rêvent d’allier la liberté d’entreprendre sans précarité, puisqu’ils ne sont en aucun cas considérés comme salariés avec une hiérarchie. Dans ce sens, ils agissent comme de véritables entrepreneurs avec les avantages réservés aux salariés.

- une porte d’entrée facile et douce pour les salariés, qui souhaitent tester la voie de l’entrepreneuriat.

Ils pourront décider de créer leur société par la suite.


Le coût du portage salarial :

Une société de portage salarial se rémunère au forfait.

En moyenne, vous paierez entre 10% et 15% du chiffre d’affaires généré (chez Port-Up, nous sommes à 7% en moyenne). A cela, il faudra déduire les cotisations sociales versées à l’URSSAF pour toucher votre salaire.

Vous pourrez néanmoins vous faire rembourser vos frais professionnels et déduire la TVA de vos achats. Un gain notable évident, qui a une incidence directe sur le chiffre généré. Pour en savoir plus sur le coût global du portage salarial, consultez cet article.

 

L’auto-entreprise : un statut simple et avantageux pour les consultants qui souhaitent tester leur activité.

freelance-developpeur-informatique-portage-salarial-micro-entrepriseL’auto-entreprise, appelée aujourd’hui micro-entreprise apparaît comme un statut idéal pour toutes les personnes qui se lancent en freelance.

Plafonné auparavant à 33 200€ de chiffre d’affaires, le plafond est aujourd’hui fixé à 70 000€ de chiffre d’affaires.

Les avantages de la micro-entreprise résident principalement en sa simplicité de création, sa facilité de gestion et la faiblesse des cotisations sociales demandées aux personnes bénéficiant de ce statut (24% est le taux maximum que vous devrez payer). 

Cependant, si vous bénéficiez de l’ACCRE (réservé aux jeunes de moins de 25 ans et aux chômeurs), ce taux commence à 3%; Il sera évolutif lors des 3 premières années d'activité.

Ce statut requiert cependant une gestion administrative autonome (bien que celle-ci soit moins conséquente que les entreprises classiques).

Finalement, tout dépendra de la maturité du projet, de la profession elle même et de l'âge auquel on décide de se lancer.

En effet, des profils très plébiscités comme les développeurs informatiques, les products owners ou les consultants IT factureront des missions sur des périodes plus longues. L'option du portage salarial pourrait ainsi être plus avantageuse pour eux.