<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=212195522864981&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

« Work From Anywhere » : et si on devenait vraiment free ?

WFA

Un ordinateur, une bonne connexion internet et un sac à dos, voilà à quoi seraient réduits les bureaux de demain. L’essor du télétravail, l’émergence de nouveaux outils numériques, l’effet accélérateur de la pandémie mondiale, ont poussé entreprises et travailleurs à sortir de leur zone de confort. Désormais, le travail ne se conçoit plus entre quatre murs. Le monde entier est devenu espace de vie et de travail, sans barrière ni frontière. Loin de cette unité de temps et de lieu qu’imposait avec rigidité le bureau traditionnel, le concept du « Work From Anywhere » - littéralement « travailler n’importe où » - séduit de plus en plus d’adeptes. Bienvenue dans la sphère du travail de demain, celle des digital nomads

 

Work From Anywhere : ça veut dire quoi ?

Le “Work From Anywhere” traduit l’existence d’un nouveau mode d’organisation du travail plus flexible que le bureau traditionnel. Littéralement, il signifie « travailler de n’importe où ». Pas de bureau, ni d’horaires à respecter, ce mode de travail offre la possibilité de travailler où on veut, quand on veut. Cette flexibilité permet aux personnes dont le métier s’inscrit dans les secteurs du digital, qui nécessite pour tout support qu’un ordinateur et une connexion Internet, de voyager tout en travaillant, sans contrainte, ni compte à rendre.

Le concept fait sa première apparition à l’occasion de la publication en 1997 de l’ouvrage Digital Nomads. Déjà, ses auteurs Makimoto et Manners prophétisaient la naissance du télétravailleur nomade et connecté que la généralisation des outils numériques affranchirait de la contrainte de travailler dans un espace temporairement et spatialement fixé. Plus répandu depuis une dizaine d’année, le concept a été repris et théorisé par Timothy Ferriss en 2007 dans son ouvrage « La semaine de 4 heures ». Depuis, l’idée a fait son chemin, et c’est un mode de vie et de travail, mais plus encore une véritable économie du Work From Anywhere, qui se sont développés et globalisés… 

 

Digital Nomads : qui sont-ils ?

D’après une étude réalisée en 2018 aux Etats-Unis, la population digital nomade est majoritairement féminine (54% de femmes) et aurait plus de 38 ans. On les retrouve principalement dans les métiers créatifs et en particulier dans les secteurs de l’informatique et du marketing. Selon cette enquête, un travailleur numérique sur six gagnerait plus de 75 000 $ par année, parfois à temps partiel. Un revenu confortable qui permet de s’offrir une belle qualité de vie, notamment dans les pays où le coût de la vie est bas.

Il ne vous aura pas échappé que ce mode de vie et de travail séduit de plus en plus d’adeptes. Combien de personnes de votre entourage se sont récemment réjouies de partir travailler 1 à 3 semaines depuis les DOM-TOM ou les Canaries ? Dans les faits, pas de doute le nombre de digital nomads explose. En atteste cette seconde étude publiée par le même organisme américain MBO Partners. Entre 2019 et 2020, la population américaine de digital nomads aurait augmenté de 50%. Ce n’est pas rien !

 

L’essor du « digital nomadisme »

Il faut le reconnaître, le contexte est propice au développement de cette nouvelle organisation du travail. Avec l’apparition d’Internet, de nombreux outils numériques ont rendu possible le travail à distance. Un phénomène accentué par la quête de sens insatiable des générations Y et Z et le bouleversement provoqué par la pandémie de la Covid-19…

 

Internet : le portail du digital nomad

Avec l’apparition de nombreux outils numériques depuis Internet, l’ordinateur et le téléphone portable, jusqu’aux sites web et applications : Slack, Zoom, Trello, Monday ou encore la suite Google, il est devenu facile et accessible de travailler seul ou en équipe, où que l’on soit. Concrètement, partout où vous bénéficiez d’une connexion Internet, vous pouvez travailler. L’émergence de ces outils incroyables a rendu possible l’exercice de nombreux métiers en « full remote », c’est à dire de manière délocalisée et à distance. Le travail ne se conçoit plus dans une unité de lieu et de temps.

Nomades en quête de sens et de liberté 

Autre élément crucial qui aura permis le développement du Work From Anywhere, la quête de sens des jeunes générations (x,y,z). Selon une étude intitulée Future of Work, menée par Mazars et Opinion Way, 73% de la génération Z (personnes nées entre 1997 et 2010) souhaitent organiser librement leurs horaires de travail et ¼ d’entre eux désir être son propre patron. Des aspirations qui s’accordent parfaitement avec le nomadisme digital. Sans surprise, de nombreux travailleurs qui ont sauté le pas du Work From Anywhere affirment avoir retrouver du sens dans leur métier. Car au fond, la quête de sens ne passe-t-elle pas par la reprise du contrôle sur son travail, ses horaires et ses conditions de vie ?

WFA : un phénomène accéléré par la pandémie

Propulsant chacun dans le télétravail, grands patrons, comme ‘‘travailleurs des bas échelons’’, la pandémie de la Covid-19 a indéniablement joué un effet accélérateur de ce phénomène existant. La découverte du télétravail, autrefois décrié par de nombreuses entreprises, a bouleversé les consciences et rendu possible le travail plus flexible. Chacun y a trouvé son intérêt, notamment l’entreprise qui s’est aperçue de l’impact positif du télétravail sur la réduction des coûts, l’accès à un vivier de talents mondial et l’augmentation de la productivité. Alan, Payfit, Buffer, on ne compte plus les entreprises qui ont fait le choix du « full remote ». Et c’est la vraie révolution de la pandémie, le digital nomadisme n’est plus l’apanage d’une minorité de « freelances hippies », ou autres « travailleurs en pyjama ». Quel que soit notre statut, dès lors que notre métier est susceptible d’être exercé à distance, nous sommes tous aptes à le devenir.

 

Digital nomad : est-ce fait pour moi ?

Pas de bureau, pas d’horaire, pas de contrainte, pas d’attache… Cela nous laisse rêveur. Pour autant, ce mode de vie et de travail n’est pas compatible avec tous les métiers et toutes les personnalités. Si le digital nomadisme séduit tant de travailleurs, c’est qu’il présente bien des avantages. Mais prenez garde, derrière l’idylle se cachent quelques inconvénients…

Quels avantages à travailler d’où on veut ?

Avant de boucler votre valise et de partir le nez au vent, posez-vous un instant. « Suis-je fait-e pour ce mode de vie ? », « Mon métier est-il adapté ? », « Quel sacrifice suis-je prêt-e à faire ? », toutes ces questions méritent d’être posées.

Du côté des avantages, la liste est longue. Digital nomad, vous pouvez travailler partout dans le monde, choisir vos horaires, votre emploi du temps, votre lieu de vie. Le lundi au soleil et le dimanche sous la neige. Cela vous permet bien sûr de voyager, de voir du pays, mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes, donc d’élargir votre réseau. Votre qualité de vie est, elle aussi, bien souvent augmentée. Pour peu que vous ayez choisi des destinations à bas prix, tout en maintenant un tarif journalier élevé, vous pourrez vous offrir bien des plaisirs… 

On vous voit déjà courir, passeport à la main, direction l’aéroport. Attendez ! Étudiez d’abord attentivement les inconvénients du Work From Anywhere…

Les limites du digital nomadisme…

« Solitude », c’est le mot qui revient à la bouche de tous les travailleurs qui ont expérimenté le digital nomadisme. À moins de vivre cette aventure en couple ou en famille, vous avez de fortes chances d’être un électron libre, indépendant et sans attache. Assurez-vous donc d’avoir le caractère approprié à cette soif de liberté, sans quoi le lien social pourrait vous manquer. Certes, les espaces de co-working et de co-living offrent une alternative, mais vous n’en resterez pas moins seul à bord de cette aventure. Vous aurez parfois le sentiment d’être isolé, loin de vos proches : famille et amis.

Ensuite, tous les digital nomads s’accordent à le dire, le Work From Anywhere exige une discipline stricte, une rigueur sans faille et une motivation en béton. Car, si sur la route vous pourrez vous sentir seul, sachez qu’au travail vous l’êtes tout autant. La frontière poreuse entre vacances, loisirs et travail, va nécessairement générer des frustrations. Et, sans cette discipline personnelle, vous risquez fort de passer du « Work From Anywhere », au « Relax from Anywhere »…

Par ailleurs, l’incertitude des revenus que vous allez générer et la variation du coût de la vie locale selon vos différentes destinations, exigent encore du travailleur nomade une réelle rigueur financière. Il vous faudra épargner, anticiper, planifier et surtout, travailler pour subvenir à vos besoins…

Enfin, partir en vadrouille à durée indéterminée implique de savoir « voyager léger ». Nul besoin de vous préciser que vous serez seul à porter votre valise. Le digital nomad transporte sa vie dans un sac de 20 litres. Il faut donc adopter une philosophie de vie qui soit compatible. « Less is more » sera votre nouveau mantra…

 

Comment devenir nomade digital ?

Ça y est ? Vous êtes décidé ? Le travail nomade est fait pour vous ? Quelle chance, l’univers des possibles s’offre à vous et l’aventure vous appelle ! Reste deux-trois détails à vérifier avant de partir…

Quels métiers pour le Work From Anywhere ?

Malheureusement, tous les métiers ne sont pas compatibles avec cette organisation du travail ultra flexible. Si le champ des possibles s’élargit avec le temps, il demeure restreint à ce jour. En pratique, la majorité des métiers du numériques peuvent y prétendre. Cela recouvre les professions liées à l’informatique, au multimédia, au graphisme, à l’écriture, au design web, mais aussi les métiers de coach, de voix off, de blogueur, influenceur, professeur de langues, psychologue… bref, toute activité qui nécessite une simple connexion Internet et un ordinateur. Vous en faites partie ? Bingo ! Rendez-vous à l’étape suivante…

Quel statut pour le travailleur nomade ?

De plus en plus de statuts rendent possible l’exercice d’un métier « depuis n’importe où ». Avec l’expansion du télétravail, ce n’est plus l’apanage des travailleurs non-salariés. En pratique, on retrouve trois grandes catégories de digital nomads : les freelances, les salariés et les salariés portés.

Si la majorité d’entre eux exercent des missions ponctuelles en freelance auprès d’un vivier de clients réguliers, ce statut présente l’inconvénient de l’insécurité. Les revenus incertains sont parfois compliqués à gérer. Sans compter la protection sociale défaillante de ce statut. C’est pourquoi, de plus en plus de freelances digital nomads font le choix du portage salarial. Un mode d’exercice souvent méconnu, qui offre les avantages de la liberté du freelance avec la sécurité du salarié. Un statut optimal pour travailler où vous voulez en liberté, mais sans stress.

Enfin, on constate que de plus en plus d’entreprises ont fait le choix de travailler en « full remote ». Il est donc possible de travailler comme salarié digital nomad. Une vraie révolution qui risque de devenir un critère déterminant pour attirer les talents…

 

Conclusion

Face à l’essor de ce mode de travail inédit et devant le succès croissant qu’il rencontre, certains lieux sont devenus des espaces « digital nomads friendly ». Parmi eux, des espaces de travail prisés, des logements avec une bonne connexion internet, des destinations aux faible coût de la vie et à l’incroyable qualité de vie. Tous ces bons plans sont partagés et relayés par une communauté de digital nomads grandissante. C’est cela, le nomadisme digital, une philosophie d’ouverture et de partage… Prêts ?

Gabrielle de Loynes

A propos de Gabrielle de Loynes

Rédactrice Print - Web et Photographe Freelance, je rédige des articles et des reportages pour la presse et les entreprise. Mes sujets de prédilection sont les nouveaux modes de travail, l'écologie, le lifestyle et la spiritualité